Escale de prédilection pour les croisiéristes, la ville accueille avec faste les visiteurs qui accostent à la Gare maritime transatlantique construite en 1933 dans le style art déco.

La ville de Cherbourg figure parmi les plus importantes du département.

« Porte des Amériques pendant un demi-siècle, Cherbourg-en-Cotentin vit embarquer des milliers d'émigrants vers New-York mais aussi des stars comme Charlie Chaplin, le couple terrible Elisabeth Taylor et Richard Burton, Salvador Dali... De l'art à la nature, on trouve ici de multiples occasions d'illuminer son séjour : du musée Thomas Henry à l'ancienne manufacture royale des glaces (écomusée du Cotentin), des hauteurs de la montagne du Roule (117 mètres) à la vue sur mer du parc des Hauts de Capel…

vacances normandie


La rade artificielle… la plus vaste du monde

Conçue au 18e siècle, la rade artificielle de Cherbourg est un remarquable ensemble d'architecture militaire. Sur 1500 hectares, elle abrite de ses fortifications la ville mais également ses activités militaires ainsi que ses ports de commerce, de pêche, de transport de passagers et de plaisance.

vacances normandie

Jardins et parcs

Du parc floral de Martinvast à celui du château des Ravalet,  en passant par le parc du muséum Emmanuel Liais ou encore le jardin public, l’agglomération cherbourgeoise cultive ses atouts botaniques. Une tradition qui remonte aux expéditions maritimes d’explorateurs revenus avec des essences inconnues et exotiques prises dans des pays lointains.

Le muséum Emmanuel Liais

Le temps s’est comme arrêté dans ce parc botanique et son muséum d’histoire naturelle, d’archéologie et d’ethnographie du 19e siècle.

weekend normandie
 

Le parc floral de Martinvast

Le parc floral du château de Martinvast est sur 100 hectares composé de bois, prairies, étangs, cascades... A l’origine jardin à la française, il a été transformé en parc à l'anglaise.

Couleurs et parfums des Ravalet

Mélange de jardin à l'anglaise et à la française, le parc du château des Ravalet est l’endroit tout trouvé pour une balade romantique dans le Cotentin. Le domaine (18 hectares) possède aussi une magnifique serre rotonde datant du 19esiècle.

Titanic cities

Escale maritime transatlantique, Cherbourg a accueilli le mythique paquebot au destin tragique : « le Titanic ».  Le 10 avril 1912, Cherbourg fût son ultime escale continentale dans cet unique voyage. 281 passagers embarquèrent à bord ici.


 

weekend normandieLa Cité de la Mer

Située dans l’ancienne Gare Maritime Transatlantique de Cherbourg, La Cité de la Mer est dédiée à l’aventure humaine sous les mers. On y visite le sous-marin le Redoutable. On y marche sous la mer avec une animation ludique et virtuelle. On y découvre un bel échantillon de la faune marine grâce au pôle Océan et son aquarium abyssal...

1944 : Cherbourg 1er port d’Europe

Libéré le 26 juin, le port de Cherbourg sera, jusqu’à la fin de la guerre, le premier port d’Europe, point stratégique pour le ravitaillement. Au sommet de la Montagne du Roule, qui fût jusque dans ses entrailles l’un des sites militaires stratégiques, un musée, le Fort du Roule, retrace la chronologie des événements de la seconde guerre mondiale à Cherbourg.

Alexis de Tocqueville voyait le Val de Saire comme une « longue prairie que la mer termine à l’horizon ».

 

Dans le Cotentin, les sites touristiques de renommée mondiale - Tatihou, les tours Vauban inscrites au patrimoine mondial de l’humanité, ou encore le phare de Gatteville, deuxième de France par sa hauteur - y côtoient des plus confidentiels telle que la vallée des 9 moulins. Les gastronomes et amateurs de bons produits connaissent bien sûr l'huître de Saint-Vaast et la moule de Barfleur. Le Val de Saire est aussi le premier producteur légumier de Basse-Normandie. Et puis il y a cette brioche dorée, au Vast, pour laquelle se pressent les habitués.

Du Vast, vous ne manquerez pas de vous diriger vers Quettehou, prononcé « Quet’hou ». Ce charmant village est un passage obligé avant d’atteindre le port de Saint-Vaast-la-Hougue. A moins que l’on aille d’abord du côté de Saint-Pierre-Eglise - où l’on trouvera quelques menhirs - et Barfleur. Où que l’on aille dans ce Val de Saire, on appréciera combien il est riche. Par son terroir, par son histoire, par ses hommes.

Le phare de Gatteville

Deuxième de France par sa hauteur : 74,85 mètres. A gravir sans oublier de compter, car le phare de Gatteville a autant de marches qu’il y a de jours dans l'année et autant de fenêtres qu’il y a de semaines…

*Découvrez le phare vu par une amoureuse de la Manche

weekend normandie

Point de vue de la Pernelle

Petit détour par ce village de La Pernelle. Son belvédère en vaut vraiment le coup : il offre une vue plongeante et panoramique sur la baie de Saint-Vaast et sur la baie des Veys, et même du phare de Gatteville aux falaises de Grandcamp-Maisy, aux portes du Calvados.

La cascade du Vast

La Saire traverse notamment le petit village du Vast. Elle offre là un spectacle particulièrement captivant, se transformant en une féérique cascade. Une cascade cependant artificielle, façonnée à partir de la chute d’eau de la filature de coton qui était installée ici au 19e siècle.

Barfleur

L’un des « Plus beaux villages de France ». Le long des quais, on rejoint le bord de mer où se trouvent l’église et la station de sauvetage en mer. Barfleur, c’est aussi la cour médiévale Sainte-Catherine, le jardin des Augustins, la maison de Julie Postel, Sainte Marie Madeleine… Et bien sûr, « la belle, blonde et sauvage » moule de Barfleur, le homard et autres crustacés !

vacances normandie

 

 

 

 

Les perles du Val de Saire...

Tatihou et La Hougue

La traversée entre Saint-Vaast et l’île Tatihou se fait à marée haute comme à marée basse à bord du bateau amphibie. Paradis pour les oiseaux (réserve ornithologique), Tatihou est aussi connue pour son jardin, son musée maritime, ses casemates et sa tour Vauban classée au patrimoine mondial de l’Unesco comme sa cousine la tour de la Hougue, située elle sur le continent, à Saint-Vaast.


 

Le port de Saint-Vaast-la-Hougue

Les rues commerçantes irriguent le port, où les bateaux de plaisance s’abritent nombreux, tout comme les chalutiers. Au 19ème siècle, les quais de Saint-Vaast abritaient sloops, goélettes, bricks, bisquines. Si le trafic portuaire n’est plus ce qu’il était, le port est toujours très animé, pour le plus grand plaisir des vacanciers !

 

Les jardins de Tatihou
 

Marais et polders s’insèrent dans un paysage de bocage traditionnel. Mille paysages composent ce petit coin de Normandie. Entre marais, bocage, littoral et landes, la faune et la flore se développent et se diversifient, pour le plus grand bonheur des amoureux de la nature.

 

 

Le Parc Naturel Régional
 

En 1991, le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin a été créé en raison de l’importance de sa zone humide. Ainsi reconnu au niveau national pour la forte valeur de son patrimoine naturel et culturel, il doit alors en respecter la chartre : concilier la préservation des paysages et des richesses naturelles avec le développement des activités économiques.

En quelques chiffres, le territoire du PNR c’est 74 000 habitants résidants dans 150 communes sur plus de 140 000 ha dont 30 000 ha de zone humide.

vacances normandie

La faune et la flore
 

Le Parc accueille 4 à 5 % des cigognes blanches françaises et 30 % des bergeronnettes flavéoles françaises par exemple.
En automne, plusieurs dizaines, voire centaines, de milliers d’oiseaux transitent par le territoire du Parc pour rejoindre leur quartier d’hiver. Un spectacle à ne pas manquer !

vacances normandie

 

La Maison du Parc
 

Pour comprendre cet espace si particulier le mieux est de se rendre à la Maison du Parc des Ponts d’Ouve.
Là, sur près de 500 m², vous découvrirez des espaces thématiques pour une découverte ludique et sensorielle du Parc : un espace d’expositions, un espace vidéo diffusant un film sur les saisons, une  boutique, un espace d’accueil et de détente...
En extérieur, sur une centaine d'hectares (espace naturel sensible), des observatoires ont été aménagés en bordure d'un plan d'eau. Vous pourrez y accéder en bateau, si vous optez pour une visite guidée, ou à pied, via un sentier d’interprétation (2 à 5,5 km selon la saison) si vous souhaitez visiter librement le site tout en découvrant les oiseaux dans leur milieu naturel.

Le territoire du Parc c’est aussi 4 600 kilomètres de chemins de randonnée, parmi lesquels 18 sentiers d’interprétation pour apprendre en marchant ! Le parc peut aussi se découvrir à vélo, à cheval ou sur un âne mais aussi à bord d’une barque, en canoë,…

weekend normandieAu gré des saisons, les marais changent de visage :

 

L’hiver,

les crues « blanchissent » le marais. La presqu’île du Cotentin prend alors tout son sens.

 

Au printemps,

les rivières retrouvent leur lit. Dans les vastes prairies, les poissons laissent la place aux vaches, chevaux, oiseaux…

 

vacances normandie

 

Artisanat d’art et traditions des marais

Les habitants des marais ont toujours su utiliser les richesses de leur patrimoine naturel tout en le préservant :

La terre pour fabriquer des poteries (Poterie « Au gré du temps » à Lithaire ou l’atelier « Terre et feu » à Vindefontaire), des carreaux et faîtières (Ets Fauvel à Moon-sur-Elle), mais surtout des maisons,
 

l’osier selon des techniques anciennes de 400 ans exposées au musée de la Vannerie à Rémilly-sur-Lozon, …

 

 

 

 

 

 

Sainte-Marie-du-Mont, la plage dont le nom de code est devenu pour les besoins du jour J « Utah Beach » s'étendait sur environ 5 km de long.

 

Premier secteur des deux zones de débarquement américaines, cette plage a été voulue par le général anglais Bernard Montgomery pour établir une tête de pont dans le Cotentin, afin que la capture de Cherbourg et de son port en eau profonde soit plus rapide. Un peu plus loin, Sainte-Mère-Eglise fût l’autre zone de débarquement mais aérienne cette fois puisque les 82e et 101ème divisions des troupes aéroportées ont été larguées sur Sainte-Mère-Eglise. Les alliés ont subi de lourdes pertes et Sainte-Mère-Eglise fut finalement la première commune française libérée par les Alliés.

 

 

L'Eglise de Sainte-Mère

Ses vitraux mais aussi sur son clocher célèbrent la 82ème division des troupes aéroportées. A noter accroché au bout de son parachute un mannequin reconstituant une scène réelle du jour J. Le parachutiste John Steele, grièvement blessé, resta dans cette posture pendant deux heures avant d’être décroché.

La borne Km 0 de la voie de la liberté est située près de l'hôtel de ville à Ste Mère-Eglise. Elle a été inaugurée le 18 septembre 1947.

debarquement normandie

Le Musée du Débarquement - Utah Beach à Sainte-Marie-du-Mont

Situé sur le site même du Débarquement américain du 6 juin 1944, le musée relate l'exploit militaire et technique qui a rendu célèbre la plage de la Madeleine.

La batterie d’Azeville

Elle est un élément du mur de l’Atlantique.

debarquement normandie

Le Musée à "ciel ouvert"

10 sites historiques remarquables vous seront ainsi dévoilés, des plus connus aux plus insolites (les aérodromes du territoire, un camp de prisonnier….) par l’intermédiaire d’un visioguide.

Ferme-musée du Cotentin

La ferme était encore en activité au début du 20e siècle. Transformée en un musée où l’on peut revivre l’ambiance de l’époque vous y découvrez la salle commune le pressoir, la boulangerie, l’écurie ou l’étable, et l'activité agricole y est reconstituée. Et une promenade autour du parc agricole permet d’entrer en contact avec les races locales telles que l’âne du Cotentin et le cochon de Bayeux.

 

debarquement normandieAirborne Museum à Sainte-Mère Eglise

Dans un Parc de 3000 m² à proximité de l’église, ce musée de légende est un hymne à l'extraordinaire épopée des parachutistes américains des 82e et 101e divisions aéroportées qui plongèrent sur Sainte-Mère-Eglise dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Les sites en lien avec "Le Jour J"

 

Depuis le Cap de Carteret, surplombant la mer, le panorama est époustouflant : au loin les Ecréhou, Jersey et Guernesey, cousines anglo-normandes.

 

Le cap conduit aussi aux dunes d’Hatainville… propices à un pique-nique détente. Carteret avec ses villas belle époque est un cadre agréable pour vos balades et sorties entre amis ou en famille. Et de l’autre côté du havre, dans le bourg de Barneville, un charmant marché propose, le samedi, ses produits gourmands. Dans le Cotentin, depuis Barneville-Carteret partez à la découverte des îles anglo-normandes grâce aux voiliers ou vedettes motorisées qui assurent des traversées. Aurigny, Guernesey, Sercq et Jersey ne sont qu’à quelques encablures ! Une virée en mer qui vous promet le dépaysement total, à l’heure anglaise !

Quelques curiosités de la Côte des Isles...

Les cabines de Carteret

Avec la mode des bains de mer, à la fin du 19e siècle, les hôtels et villas ont fleuri le long de la plage de Barneville et sur les hauteurs de Carteret, mêlant l’élégance à l’ambiance portuaire. Sur la plage de la Potinière, à Carteret, on trouve aussi de jolies cabines de bain, blanches et bleues.

vacances normandie

De cap en dunes

Au-dessus de la plage de Carteret, un sentier suit le littoral et permet de parcourir le cap de Carteret en direction du Nord. Arrivés au sémaphore, c’est un nouveau spectacle qui s’offre au regard : le massif dunaire d’Hatainville qui s’élève 80 mètres au-dessus de la mer. Entre cap et dunes également : les ruines d'une vieille église dédiée à Saint-Germain-le-Scot qui évangélisa le Cotentin au 5e siècle.

Les dunes d’Hatainville

Partie du massif dunaire de Baubigny, les dunes d’Hatainville culminent à 80 mètres de hauteur et occupent une bande littorale de près d’1,5 km. Un patrimoine paysager, biologique, mais aussi historique et culturel.

Le sentier du Cap de Carteret

Cette portion du sentier des douaniers relie la plage de Carteret à la plage de la Vieille Eglise. Très belles vues sur les îles anglo-normandes tout au long du sentier. Au 18e siècle, ce sentier permettait aux douaniers d'assurer la surveillance du littoral et en particulier de prendre sur le fait les contrebandiers venus des îles. Tout en haut des falaises, on peut accéder aux ruines d'une ancienne batterie d'artillerie côtière construite en 1745 pendant la guerre de Succession d'Autriche et qui resta en service jusqu'au milieu du 19e siècle.

vacances normandie

 

Pour les sportifs

A Barneville-Carteret l’école de voile et le club nautique vous proposent, quelque soit votre niveau, un éventail d’activités : optimist, catamaran, planche à voile, etc.


 

vacances normandiePortbail

Au bord de son havre qui lui vaut le surnom de « Sourire du Cotentin », Portbail est resté un village pittoresque. Dans cet ancien port d’escale sur la route de l’étain, les bateaux de plaisance ont succédé aux bateaux de commerce mais le charme opère toujours. Il fait bon se promener dans les rues, à la découverte des deux églises, du pont aux 13 arches, du baptistère gallo-romain à la forme hexagonale…

Les fresques de Canville

En enlevant le badigeon de chaux de la chapelle de Canville-la-Rocque, en 1982, on fit réapparaître des fresques datant du 16e siècle. Elles évoquent la légende du « pendu dépendu », l'aventure de trois pèlerins allemands sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.
 

Le moulin à vent de Fierville-les-Mines

Sur les hauteurs de Fierville, un moulin à vent fonctionne toujours. Rénové en 1997, il est en parfait état de fonctionnement. On y moud du blé, du sarrasin, de l’épeautre… Le moulin se visite et il y a diverses animations, comme la fête de la moisson. Pour déjeuner, il n’y a pas à chercher bien loin : une auberge est installée dans l’ancienne maison du meunier !

Entre lande et mer, la Manche se donne pleinement. Des paysages à couper le souffle...

 

Dans les baies de Quervière ou d'Ecalgrain, face à la mer et au phare de Goury, en haut des falaises granitiques de Jobourg, 128 mètres au-dessus du niveau de la mer, dans les dunes de Biville, entre bruyères et ajoncs, en longeant les murets de pierre typiques de cette « Petite Irlande », on nage en plein bonheur !
Séjourner dans la Hague dans le Cotentin, c’est aussi profiter de trésors cachés jusque dans les charmants hameaux où se blottissent les maisons jamais bien hautes, pour mieux se protéger des tempêtes.

Les immanquables… parmi tant d’autres

weekend normandie

Les parcs et jardins de la Hague

La Hague, connue pour ses caps exposés au vent, étonne toujours par la douceur de son climat. Bordée par le Gulf Stream, elle est une terre où des botanistes passionnés ont pu cultiver des plantes exotiques, venues de l’autre hémisphère. C’est ici que Guillaume Pellerin et son épouse Cléophée de Turckheim, autour du château familial, offrent aux visiteurs un jardin botanique audacieux, le jardin botanique de Vauville. Et d’autres joyaux de verdure encore sont à découvrir : parc du château de Nacqueville, jardins en hommage à Prévert, jardins de l’Epinerie …

L’hommage à Prévert

Dès les années 1930, Jacques Prévert découvre avec ses amis ce petit coin de paradis : le cap de la Hague. En 1971, il achète une maison à Omonville-la-Petite, où il vivra jusqu'à sa mort en avril 1977. Dans le petit cimetière du village, Prévert repose aux côtés de sa femme Janine et de leur fille Michelle. La maison est aujourd’hui un musée qui lui est consacré. Il y a aussi par ici un jardin original qui lui rend hommage. Dans la vallée des moulins, le jardin Jacques Prévert a été créé par Gérard Fusberti qui s’est attaché les services de l’entourage du poète - Janine Prévert, Yves Montand, Ursula Vian, Juliette Gréco, Picasso… - pour y installer des fleurs et des plantes que le poète aimait.

Les ports

Port du Hâble, port Racine, port de Goury, port de Diélette. Face aux îles anglo-normandes, le long des 80 kilomètres de côtes haguaises, et malgré les courants puissants du Raz Blanchard, les bateaux ont ici trouvé des havres naturels où s’amarrer. Des modestes barques de pêcheurs à l’abri du plus petit port de France, port Racine, aux voiliers de plaisance installés aux pontons de Port-Diélette.

vacances normandie

 

vacances normandie

 

 

 

vacances normandieLes hameaux de la Hague

Véritablement typiques de la Hague ces hameaux sont à eux seuls un but de promenade. Blotties les unes contre les autres, les habitations traditionnelles de la Hague forment de petits hameaux. Une organisation qui leur permet de faire front aux vents vifs voire violents. Ces maisons sont basses, faites de grés et de schiste, que ce soit à Herqueville, Jobourg, Auderville, Omonville-la-Rogue... Elles ont été peintes par un enfant de Gréville-Hague, du hameau Gruchy exactement : Jean-François Millet, le peintre de l'Angélus.